GreenPub : La genèse d’une idée forte (Avec Video)

Comment une idée évolue et se bonifie grâce à un travail acharné ? lisez ces lignes sur l’expérience GreenPub et regardez la vidéo qui suit !

        Video en fin d’article…

GreenPubLa naissance de l’idée de GreenPub
Roberto Estevez, enchaîne Master de droit à Assas et un cursus grande école en spé finance à l’EDHEC à Lille avant de partir pour Londres faire de la finance de marché chez CALYON. En 2008 il vit la crise des « Subprimes ». De retour à Paris il se tourne vers l’entrepreneuriat avec l’idée d’ouvrir un bar à Tapas, inspirée de sa connaissance de l’Espagne, l’idée de GreenPub est encore loin…. Au cours de sa démarche de création Roberto construit un business plan qui lui montre que les incontournables serviettes en papier sont, non seulement un poste de coûts important mais aussi une source de gâchis irresponsable. Roberto Estevez se demande alors comment rendre ces consommables plus « responsables » sans que le restaurateur (lui à l’époque) en subisse le surcout. A force de réflexion, l’idée que la publicité peut financer la gratuité d’un consommable incontournable réalisé dans une matière responsable jaillit : papier recyclé et recyclable, encres végétales à l’eau, livraison dans les plus grandes villes avec des véhicules électriques sans émission de CO².

Du concept à la mise en œuvre

Roberto Estevez commence alors à tester auprès de quelques restaurants leur intérêt à faire de la pub sur les serviettes de leur restaurant devenues gratuites.
Sa réflexion se poursuit en confrontant son idée à quelques uns de ses professeurs de marketing de l’EDHEC qui valident le concept, en particulier côté Annonceurs. Suit alors la construction du réseau de restaurants nécessaire pour atteindre la taille critique de 500 partenaires à Paris, comptes ouverts un par un, en porte à porte.
Cette phase est immédiatement suivie par la commercialisation auprès d’annonceurs ; Le premier à utiliser ce média sera Sequoia – chaine de pressing écologique – et Citadium (groupe Printemps),  magasin de street wear parisien.

Roberto Estevez se rend vite compte que son idée est bien perçue par les annonceurs, ceux-ci étant potentiellement prêt à utiliser ce média au plus vite :
- C’est un média neuf, original et efficace,
- Visible à un moment de détente où le consommateur est plus réceptif,

La création de la régie publicitaire GreenPub

Roberto Estevez se lance corps et âme dans le recrutement de restaurants et des annonceurs.
Une année d’un travail acharné seront nécessaires à GreenPub pour atteindre les conditions permettant de prouver que le concept est viable économiquement.
C’est à ce moment que Roberto Estevez et Joy Saget se rencontrent  dans un cadre amical et commencent à parler de cette start-up en émergence : GreenPub est en plein déploiement de sa quatrième campagne pour Télémarket – site de courses en ligne.

L’équipe GreenPub se renforce et accélère

Joy Saget  est alors depuis 4 ans associée salariée dans Ainy, une start-up de cosmétique bio utilisant de manière équitable les recettes et plantes des Chaman Amazoniens. Tentée par cette nouvelle aventure, alors que sa première start–up commence à bien marcher et peut se passer d’elle,  Joy rejoint Roberto pour l’aider dans son développement et devient associée. Quelques mois plus tard, Joy apporte des fonds personnels à la société pour les premiers recrutements.
En mars 2012, Roberto et Joy deviennent Lauréat du Réseau Entreprendre Paris, ce qui leur permet d’avoir des retours d’expérience pertinents et d’être accompagné par des chefs d’entreprise.
Au bout de deux ans de commercialisation, la société a connu un beau développement  et a démontré l’appétence du marché pour ce nouveau média. Il est temps de réaliser une levée de fonds pour accélérer la croissance de ce modèle, qui porte déjà ses fruits.

Un an après leur levée  de fonds de 500 K€, nous avons rencontré Joy et Roberto dans leurs bureaux parisiens pour leur demander de nous parler de ce nouveau média publicitaire et des projets que cette levée de fonds  leur a  ouvert.

Mots clés :

Commenter